Les différentes formes de résistances

Pour faire face à la deshumanisation omniprésente et à l'idéologie nazis au sein des camps, les détenus mettent en place une résistance pour lutter contre la répression exercé par les SS. Ils mettent en place plusieurs forme de résistances :

- La solidarité

Apporter des soins

- Rester un être humain pensant

- Sauver une vie

- Les sabotages

- Les évasions

- Une résistance organisée au sein des camps

- Choisir sa mort

- Les soulèvements

 

Au sein des camps, les détenus mettent donc en place des formes multiples de résistances. Celles-ci s'exercent au sein des blocks, dans les kommandos de travail et dans tous les endroits où les détenus peuvent échapper, pour un temps plus ou moins long, échapper à la vigilance des gardiens du camp. Henri Kichka, alors qu’il est détenu au camp de Blechhammer-Auschwitz parle d'un lieu propice : « Les latrines, dont nous étions des abonnés fidèles, étaient situées dans un baraquement. Au point où nous en étions, l’odeur pestilentielle nous laissait indifférent, elle faisait partie du décor. L’endroit était aussi « le dernier salon où l’on cause », c’est là que les rares nouvelles des front et du déroulement de la guerre passaient de bouche à oreille. »